Home / Entreprises / Est-ce que les entreprises françaises doivent investir à l’étranger ?
investir après le COVID

Est-ce que les entreprises françaises doivent investir à l’étranger ?

Avec la crise sanitaire on peut se demander s’il est judicieux de songer à faire des investissements ailleurs qu’en France. La question est légitime, les chefs d’entreprise pourraient craindre de prendre une décision qui serait néfaste pour leurs finances. Mais c’est parfois grâce à une présence à l’internationale que des sociétés parviennent à se développer, il faut y penser…

Investir en Amérique du Sud, au Japon, en Afrique

Existe t-il des eldorados pour investir, pour être sûr de réussir et faire beaucoup de profit, et ce dès la première année ? Sans aucun doute, mais ce n’est pas tous les investisseurs qui ont cette chance. Les investissements à l’étranger apportent parfois de très belles surprises. C’est ce qu’exprime Matthieu Malige lorsqu’il fait référence aux investissements au Brésil de son groupe (Carrefour). C’est une très belle acquisition qui a été faite par ce grand nom de la grande distribution française. L’Amérique du Sud, mais aussi le Japon, voila des pays où il ferait bon investir, comme l’Afrique et notamment le Rwanda, le nouvel eldorado du tourisme.

La crainte d’une crise financière sans précédent

Ce qui peut freiner les entreprises à investir à l’étranger c’est évidemment la crise sanitaire qui annonce une crise financière des plus difficiles. C’est surtout que c’est le domaine du tourisme qui est le premier à faire les frais de cette crise. C’est l’aéronautique, les transports terrestres (rail, route), les hébergements, la restauration qui en paient le prix fort, avec un grand manque à gagner. Il faut donc trouver comment s’adapter et investir dans des domaines qui ne connaissent pas la crise. Aujourd’hui et pendant le confinement, des entreprises ont fait un chiffre d’affaires explosif ! Si une opportunité d’investissement se présente à l’étranger ou en France, que faire ? Sans doute s’entourer de bons consultants en économie et d’un bon responsable financier.